Axel Louissaint: «Je n’ai pas envie de griller les étapes»

Satisfaits de son apport, les Sharks d’Antibes viennent de prolonger le contrat de l’Yverdonnois jusqu’en 2022. L’ailier fort, ambitieux mais réaliste, sait qu’il devra d’abord s’imposer en Pro B avant de viser plus haut.

Axel Louissaint a trouvé ses marques en Pro B comme ici, face à Nantes. ©Romain Robini.


Arrivé en mars dernier dans le sud de la France, Axel Louissaint avait signé un contrat sur trois mois avec Antibes. Le but pour le Vaudois était de faire décoller sa carrière à l’étranger tandis que les Sharks cherchaient un joueur de son profil. Mais l’arrivée de Louissaint à Antibes n’a rien d’une coïncidence: l’entraîneur actuel est un certain Daniel Goethals, qui coachait Union Neuchâtel jusqu’en février dernier. «Il a vu de quoi j’étais capable sur les parquets suisses et il a été intéressé par moi», explique l’ancien joueur de Vevey, Fribourg et Lugano.


Une excellente acclimatation

Au moment où ils se sont procuré les services du Suisse, les dirigeants d’Antibes lui ont promis du temps de jeu. Après deux mois, Axel Louissaint dispose même de bien plus: il était dans le cinq de base de douze des treize confrontations qu’il a disputées avec les Sharks. «L’acclimatation s’est bien passée. C’est un club vraiment professionnel, avec un grand palmarès et mes coéquipiers ont été très accueillants», décrit un Nord-Vaudois reconnaissant. Dans une structure totalement différente de ce qu’il a pu côtoyer en Suisse, Louissaint a su prendre ses marques rapidement. «Il y a beaucoup de gens qui gravitent autour du club, avec, par exemple, quatorze membres du staff qui sont là à chaque entraînement. Les infrastructures sont également beaucoup plus grandes et les voyages plus longs», raconte-t-il.

Au niveau du style de jeu, les différences sont aussi notables: «En Pro B, les équipes pratiquent un basket très physique à l’intérieur, en protégeant la raquette. Les arbitres laissent beaucoup jouer et ce n’est donc pas facile d’attaquer le panier, résume Louissaint. De plus, nous sommes vraiment dans l’antichambre de la Pro A, avec des joueurs qui ont énormément d’expérience».

Se concentrer sur le présent

Toutes ces données n’ont pas empêché l’Yverdonnois de développer encore plus son basket. «Si on compare depuis mes débuts, je suis dans la meilleure partie de ma carrière. Ce qui ne veut pourtant pas dire que j’ai atteint mon sommet», sourit Louissaint.

Mais, pour y arriver, Axel Louissaint sait qu’il doit prendre son mal en patience: «Je suis optimiste, ambitieux mais réaliste. Je sais que les progrès vont se faire sur plusieurs années». Toutefois, le développement du Vaudois porte déjà ses fruits. Il vient en effet d’être prolongé par les Sharks d’Antibes jusqu’en juin 2022. «Il faut croire qu’ils ont cru en moi et que, surtout, ils ont apprécié mon attitude. Depuis toujours, je suis une personne qui aime bien travailler et je le fais de manière assidue. J’essaie d’être un exemple», expose Louissaint.

Si tout se passe bien, il évoluera donc à nouveau en Pro B la saison prochaine. Si tout se passe bien, car gare à la relégation. Les Sharks sont avant-derniers d’un championnat dont seule la dernière équipe chutera à la fin de la saison. Qu’adviendrait-il de Louissaint si Antibes était le club qui tomberait en NM1? «Je n’ai pas réfléchi à cela car notre seul objectif est de se maintenir. Et je sais qu’on va y arriver», martèle-t-il.

La Pro A?

Dans une Pro B très homogène, la plupart des équipes peuvent battre tout le monde (Antibes l’a d’ailleurs prouvé en ne perdant que d’un point face à Denain vendredi passé). «Mais prouver qu’on est capable n’est pas assez, il faut savoir finir le travail», avertit Louissaint. Avec un bon effectif sur le papier, les Sharks peuvent éviter la chute. «Le problème est la situation: on joue tous les trois jours et on peut difficilement s’entraîner. Ce n’est donc pas évident pour créer des automatismes», regrette-t-il.

Si toutefois les résidents de la Côte d’Azur parvenaient à se maintenir en Pro B, Louissaint commencerait-il à regarder plus haut? «J’ai plein d’ambitions: la Pro A, les coupes européennes, etc. Mais je n’ai pas envie de griller les étapes, tempère le Vaudois. Je dois d’abord confirmer en Pro B, championnat dans lequel j’ai montré que j’avais le niveau pour évoluer». Objectif qu’il parviendra peut-être à réaliser l’année prochaine, pour ce qui sera peut-être sa première saison complète en Pro B.


Matthias Davet


---------------------------

CV basketballistique d'Axel Louissaint 🏀

2013-15, Chalon U21

2015-17, Lugano Tigers

2017-18, Vevey Riviera Basket

2018-19, Leyma Coruña

2018-19, Bodegas Rioja Vega

2019-20, Fribourg Olympic

2020-21, Lugano Tigers

2020-21, Antibes Sharks

112 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout