• matthias.davet

Final Four - Arnaud Cotture: «Ce sera un combat»

L'international suisse retrouve son ancienne équipe des Lions de Genève ce week-end à l’occasion du Final Four. Avant ce déplacement à Montreux, Arnaud Cotture revient sur l’état de forme de son équipe actuelle, Fribourg Olympic, et sur son futur adversaire genevois.

Arnaud Cotture et ses coéquipiers sont prêts à en découdre face à Genève. ©Fribourg Olympic, Facebook


Place aux choses sérieuses! Ce week-end à la salle du Perrier de Montreux aura lieu le désormais traditionnel «Final Four», événement durant lequel seront aux prises les Lions de Genève, Fribourg Olympic, Union Neuchâtel et Spinelli Massagno. Le but de chacune de ces équipes: remporter le premier «vrai» trophée de la saison. Actuellement troisième en championnat et restant sur une défaite face à Neuchâtel, Arnaud Cotture et son club de Fribourg Olympic n’abordent pas cette compétition dans la peau du favori, élément rare pour le club le plus titré de l’histoire du basket-ball suisse.


Des résultats en dents de scie

Contacté par téléphone, le numéro 20 des Fribourgeois dresse un bilan «plus ou moins mitigé» de la saison des siens jusqu’à maintenant. «Nous n’avons pas eu à proprement parler de mauvais résultats mais plutôt des temps forts et des temps plus faibles, comme notre défaite du week-end (face à Union Neuchâtel, ndlr)», analyse Cotture. Pourtant, malgré une saison qui peut paraître en demi-teinte pour une équipe telle qu’Olympic, il n’y a pas de quoi tirer la sonnette d’alarme pour le Valaisan qui assure que l’ambiance dans le vestiaire est au beau fixe, que ce soit sur ou en-dehors du terrain. «Après le dernier match, nous avons eu une légère discussion avec l’équipe. Il nous fallait nous bouger et, si nous devions perdre ce match, c’était d’une autre manière», martèle le Valaisan.

Pourtant, d’un point de vue personnel, Arnaud Cotture vit sans doute sa meilleure saison au plus haut niveau (même si, dans toute sa modestie qui le caractérise, il ne le dira pas lui-même). «Le retour à Fribourg m’a fait du bien mentalement. Je m’y sens épanoui autant personnellement que professionnellement», sourit celui qui est marié à sa femme Elodie depuis l’été dernier. Et ce retour dans un environnement qui lui correspond à merveille se traduit jusque sur le terrain. Alors que, lors de son passage à Genève il a pu être cantonné à des tâches uniquement défensives, le pivot d’Olympic possède désormais l’entière confiance de son staff et de ses coéquipiers et se permet même de gérer certaines actions en attaque.


Une longue saison

«Je joue de manière libérée», explique Arnaud Cotture. Et heureusement que le Fulliérain conserve le moral, lui qui foulera ce week-end les parquets pour la 29e (et peut-être 30e) fois de la saison. En prenant en compte le déplacement d’Olympic à Lisbonne en septembre dernier, qui signifiait l’entame de l’exercice 2020-21, Cotture a revêtu à vingt-quatre reprises la tunique fribourgeoise (dont deux déplacements à l’étranger) et par quatre fois le chandail de l’équipe de Suisse (deux déplacements au-delà des frontières). Une certaine exténuation pourrait donc se faire ressentir, même chez un athlète professionnel. «La fatigue est supérieure aux autres années, surtout que c’est la première fois que je participe à une Coupe d’Europe», rappelle Cotture. Encore engagé dans trois compétitions au niveau national et en Europe Cup, le Fribourgeois d’adoption met surtout en avant le travail du staff qui gère cela parfaitement. Il relève également le problème de l’incertitude sanitaire, ne sachant jamais si un match aura lieu ou pas mais garde les pieds sur terre: «Je me rends bien compte que nous sommes des privilégiés car nous pouvons continuer notre métier. Je ne m’en plains donc pas.»


«Stimac avait un style de jeu que j’apprécie»

Sur le coup des 16h samedi, Arnaud Cotture va retrouver une équipe qu’il connaît bien : les Lions de Genève. Un passage de trois saisons au bout du lac lui permet de connaître la maison. «Leur effectif est extrêmement stable, avec des joueurs qui savent tout faire, développe-t-il. Ils évoluent parfaitement ensemble, et ce depuis très tôt dans le saison». Au point d’être la meilleure équipe helvétique qu’Arnaud Cotture ait affrontée? «Je ne peux pas comparer avec le grand Lugano de mes premières années mais je pense que l’équipe de Fribourg Olympic qui a réalisé le triplé en 2018 était intrinsèquement plus forte», se risque le pivot qui avoue devoir attendre la fin de sa carrière avant de pouvoir comparer de manière détaillée les meilleures équipes du championnat.

Arnaud Cotture s’étale également sur le coach des Lions, Andrej Stimac, qu’il a pu côtoyer durant sa carrière en tant qu’assistant de l’équipe nationale mais, surtout, en tant que joueur à ses débuts. «Il avait vraiment un style de jeu que j’appréciais: il était élégant et autant bon offensivement que défensivement. C’est vraiment le type de joueur que j’aspire à être», se projette Cotture.


Olympic outsider?

Et le numéro 20 d’Olympic tentera d’y parvenir dès ce week-end, avec Andrej Stimac aux premières loges. Face à des Lions de Genève qui restent sur douze victoires d’affilée toutes compétitions confondues, les hommes de Petar Aleksic ne porteront pas l’étiquette de favoris. Même si Arnaud Cotture préfère le voir différemment: «Je ne pense pas qu’on peut parler de favoris et d’outsiders mais plutôt de tendances. Celle-ci est par contre plus positive pour eux (Genève reste sur une courte victoire à Boncourt, ndlr)». Pour le Valaisan, cet affrontement sera «un combat physique» et la rencontre va sans doute se jouer sur les petits détails. «La bataille du rebond sera primordiale mais il y aura aussi l’adresse du jour ou la confiance des joueurs», énumère-t-il.

Dans l’autre rencontre de samedi, Massagno et Neuchâtel se battront pour une place en finale. Ces deux adversaires, Cotture et Olympic les connaissent bien puisqu’ils les ont affrontés lors des quinze derniers jours. «Neuchâtel est très en confiance après avoir battu un adversaire direct en championnat et le changement de coach a eu ce fameux effet électrochoc, analyse le pivot fribourgeois. De l’autre côté du parquet, Massagno est une des meilleures équipes du championnat qui peut battre tout le monde. Elle est vraiment difficile à gérer». Arnaud Cotture s’attend toutefois à un beau match de basket-ball, qu’il souhaite serré pour le plaisir des téléspectateurs. Lui et ses coéquipiers devront batailler ardument s’ils veulent remporter le «Final Four» et rentrer victorieux du Perrier.

Olympic pourra compter sur la rage de vaincre d'Arnaud Cotture au Perrier. ©Fribourg Olympic, Facebook


       Le Cinq Majeur      

© 2020 by Le Cinq Majeur Genève. Proudly created with David & Florian

  • Instagram
  • Twitter Icône sociale
  • Facebook Social Icône
  • Youtube
  • Spotify Icône sociale