J-4 : Les Rockets sur orbite

Quatrième journée de Playoffs au sein de la bulle avec notre premier focus sur la très belle opposition entre Rockets & Thunder.


Et après le Game 1, c’est une nouvelle prestation aboutie qu’ont livré les Rockets de Houston en s’imposant 111 à 98 et ce malgré un James Harden en deçà de ses standings habituels (21 Pts, 5 Rbs & 9 Ass avec un horribilis 2/11 du parking). Mais même privé de Russell Westbrook, qui ne devrait pas revenir potentiellement avant le Game 5, Houston a livré une prestation collective rarement vue cette année avec 7 joueurs à + de 10 Points.


Face à cette pluie de 3 points tombée sur leur tête (56 tirs tentés depuis le parking par Houston), OKC s’en est remis à un Shai Gilgeous-Alexander intenable (31 Pts, 6 Rebonds & 2 Assists) et menait pourtant à la pause.

La deuxième mi-temps fut catastrophique pour les joueurs de Billy Donovan avec trop peu d’apports de joueurs clés comme CP3 ou Dennis Schroder (11 sur 27 aux tirs cumulés pour les 2 meneurs).


C’était trop peu pour espérer emporter ce match face à une équipe de Houston toujours aussi adroite.

2-0 pour les Rockets et on pourrait se dire que l’affaire est bien embarquée pour Harden & Cie mais cela serait vite enterrer le Thunder.

Cette équipe fut tout au long de la saison un modèle de résilience et nul doute que Billy Donovan reviendra pour le Game 3 avec une équipe prête à en découdre.

Le retour du rookie Luguentz Dort, qui a réussi un très bon travail sur James Harden, pourra être important de par ses capacités défensives.


Quant à Houston, le plus dur commence donc maintenant afin de plier cette série qui semble leur tendre les mains.


On reste à l’Ouest pour le deuxième match très attendu de la soirée avec des Lakers, revenchards après leur défaite initiale face aux Blazers.

Et les Angelinos n’ont pas déçu en égalisant la série après une victoire convaincante 111 à 88.


On annonçait dans l’analyse du Game 1 un grand Anthony Davis sur cette rencontre. On avait vu juste puisque l’ancien Pélican a dominé les débats avec un match XXL en à peine 30 minutes:

31 Points, 11 Rebonds, 3 Assists, 1 Steal & 1 Block à 13/21 aux tirs.


Dans le sillage d’AD, Los Angeles a activé le mode Playoffs avec une défense étouffante en 1ère mi-temps.

Les ajustements de Frank Vogel furent clairement visibles avec un Plan clairement établi pour freiner Damian Lillard (18 Pts seulement pour Dame), la preuve en est avec les 39 petits points inscrits par Portland à la pause.


Hormis McCollum (13 Points) & Lillard, aucun Blazer ne dépassera les 10 unités au scoring à l’issue de la rencontre...

Trop peu pour espérer quoi que ce soit.


D’autant plus que LeBron James avait réalisé sa pire performance dans une victoire en Playoffs (10 Points, 6 Rebonds, 7 Assists).

L’essentiel était ailleurs pour les Lakers qui semblent enfin entrés dans leur playoffs avec une adresse à 3 point retrouvée (14/38 : 37%) et une défense conforme à celle affichée durant la saison régulière.

Le Game 3 sera comme toujours charnière, mais tout porte à croire que les Lakers ont trouvés les ajustements défensifs, notamment sur les P&R entre Nurkic & Lillard, pour faire pencher la balance.

Portland apparaît physiquement éreinté en fin de rencontres après plusieurs semaines de lutte intense pour ce Play-In.

Dans les rangs californiens, tout LA attend de voir LeBron James & Anthony Davis briller en même temps sur le parquet et il est difficile d‘imaginer une victoire des Blazers si tel scénario venait à se réaliser.


Troisième rencontre de la soirée: Miami qui affrontait Indiana et nouvelle rencontre serrée... et nouvelle victoire du Heat 109 à 100.


Le scénario semble se répéter (et on a peur qu’il soit redondant dans cette série) avec les troupes d‘Erik Spoeltra qui affichent une telle supériorité collective par moment, d’autant plus quand certains joueurs flanchent côté Pacers.

T.J. Warren, incandescent sur la fin de saison régulière, semble être rentré dans le rang avec des prestations proches de ses moyennes en saison, mais là ou le bât blesse, c’est au niveau du banc de Nate McMillan.


Force de cette équipe tout au long de la saison, la 2nd unit des Pacers est méconnaissable à Orlando avec des frères Holiday transparents et un TJ McConnell, si précieux en catch & shoot, incapable de dégainer du parking.


Motifs d’espoir, le match convaincant de Victor Oladipo allié aux prestations de Malcolm Brogdon.

L’ancien Bucks s’impose match après match et justifie pleinement le gros contrat signé l’été dernier.


Cependant, le Heat apparaît comme un serpent à plusieurs têtes, prêt à attaquer sa proie à n’importe quel moment.

Goran Dragic, en mode EuroBasket 2017 et Jimmy Butler insufflent ce leadership et cette expérience nécessaire aux jeunes bambins qui découvrent les Playoffs : les snipers Duncan Robinson (qui a envoyé 7 bombinettes du parking sur 8 tentatives) et Tyler HERRO, le néo All-Star Bam Adebayo ou encore le marsupilami Derrick Jones Jr en attendant le retour de Kendrick Nunn.

Rajouter à tout cela, des joueurs de devoir, des vrais « soutiers » comme on les aime tels que Iguodala ou encore Olynyk et cela donne un effectif qui a très très fière allure.


(D’ailleurs, on se régale de nouveau avec le contre de la nuit signée de ce bon vieux Kelly )

Pour conclure, les options ne manquent pas à Miami qui dégage une véritable assurance et une force collective qui font plaisir à voir.

Le Game 3 est déjà à la vie, à la mort pour Indiana face à une équipe de Miami, qui à l’instar des Celtics, semble monter en régime au fil des rencontres.


Dernière rencontre que nous abordons avec des Bucks qui, comme les Lakers, voulaient remettre les pendules à l’heure.

Mission accomplie avec une victoire 111 à 96 qui permet au n°1 à l’Est d’égaliser sur cette série à 1 partout.


Passons rapidement le match du MVP, qui nous a encore fait...du Giannis: 28 Points, 20 Rebonds & 5 Assists.

Le grec reste fidèle à lui-même mais à l’inverse du Game 1, il a pu cette fois-ci compter sur ses copains Lopez et Connaughton, auteurs de 20 et 15 points respectivement, et qui ont mitraillé les floridiens à 3 points ( 9 sur 16 à eux deux).

Des floridiens toujours aussi dépendants de leur Pivot monténégrin : Nikola Vucevic.

Un nouveau match XXL avec 32 Points & 10 Rebonds pour lui, mais qui ne suffit pas quand le supporting cast est aussi faible.

Evan Fournier, option offensive n°1 durant la saison régulière, n’est que l’hombre de lui même et semble marqué le pas dans ces playoffs. Sans le frenchy de retour à ses standards habituels, cela semble quasi impossible pour ce Magic, qui a crée la surprise au Game 1 mais semble que trop peu armé pour espérer quoi que ce soit.


Car les Bucks attendent toujours le réveil d’un certain Khris Middleton: le double All-Star a livré une performance indigne de son statut (et salaire) avec 2 petits Points seulement.

Milwaukee a la temps d’espérer son retour et nul doute que cela coïncidera très probablement avec une nouvelle victoire des Bucks dans cette série.







0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout