J-5: le champion en route vers le Sweep

Cinquième nuit de playoffs en NBA avec le début des Game 3 et on débute par le champion en titre, Toronto, encore en ballade face aux Nets de Brooklyn : 117 à 92.


Troisième succès de suite pour les Raptors, encore une fois impressionants de facilité avec un Spicy P retrouvé.

Discret sur les deux premières rencontres, Pascal Siakam a justifié son statut de All-Star avec un match taille patron : 26 Points, 8 Rebonds & 5 Assists pour l’ancien MIP.


Sur ce Game 3, c’était au tour de Serge Ibaka, toujours aussi impactant en sortie de banc et Fred VanVleet, de se transformer en scoreur du soir (20 & 22 Points respectivement) pour permettre aux Raptors de mener pour la première fois de leur histoire 3-0 dans une série.


Le champion en titre a livré une nouvelle prestation de haute volée face à des Nets qui ont courru après le score durant toute la rencontre.

Mais la défense de Brooklyn a été bien trop perméable à 3 points laissant les canadiens dégainer à 50 % du parking sur ce match.

Mention spéciale à Tyler Johnson auteur d’un 23 Points en 24 minutes mais surtout au méconnu Chris Chiozza.


Le meneur de 24 ans, passé par la G-League cette année, nous a offert le highlight de la soirée avec un crossover dévastateur sur le pauvre Terence Davis .

3-0 dans cette série donc et un premier sweep historique qui pointe le bout de son nez pour les Raptors avant une possible confrontation face aux Celtics qui fait sacrément saliver.


On bascule sur un autre blowout, plus surprenant cette fois-ci, avec le superbe succès du Jazz face aux Nuggets : 124 à 87.


Grosse nouveauté dans le Cinq Majeur de Quinn Snyder: le retour de Mike Conley, tout juste ré-intégré après la naissance de son enfant.


Et quel retour pour l’ancien Grizzlie, victime du “Van Vleet effect” avec un superbe match : 27 Pts, 4 Ass à 7/9 du parking.

Le Jazz a encore une fois appuyé là où ça fait mal côté Nuggets: faire payer les lacunes défensives de Nikola Jokic et notamment sur Pick & Roll.


Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Rudy Gobert s’est régalé dans cet exercice avec un festival de alley-oop.

+11 à l’issu du 1er 1/4, + 17 à la mi-temps, + 32 après le 3ème 1/4... c’est une véritable déculottée qu’ont subi les Nuggets incapables de freiner l’adresse folle des joueurs d’Utah à 3 Points sur la rencontre (18/37: 49%).


Sans armes pour mener la moindre rébellion ou esquisser un semblant de réaction, que ce soit défensivement parlant ou en attaque, les joueurs de Mike Malone ont semblé complètement résiliés avec les seuls Jokic et Murray au délà des 10 unités au scoring.

Les absences défensives inquiètent et le coaching staff serait bien inspiré de procéder à certains ajustements pour freiner les pluies diluviennes de 3 points qui s’abattent sur eux.


Au final, le contenu proposé est bien trop faible pour espérer lutter face à cette équipe d’Utah qui prend l’avantage dans cette série, que ce soit sur le tableau d’affiche que mentalement.

L’impression laissée par Utah impressionne, d’autant plus que Donovan Mitchell ne se trouvait pas dans un de ses soirs ou rien ne peut l’arrêter.


Denver va devoir se réveiller et très vite, car une troisième défaite d’affilée entérinerait quasiment toutes leurs chances de passer ce 1er tour.

L’objectif annoncé dans le Colorado était le titre et on en est bien loin.


On reste à l’Ouest avec la victoire précieuse des Clippers face aux Mavericks 130 à 122.


Victoire capitale dira-t-on même quand on voit la physionomie des Game 1 & 2.

Les Mavs, après un début de match réussi pourtant ont subi la foudre d’une équipe des Clippers déterminée et qui terminera avec 7 joueurs à + de 10 points à la fin de la rencontre.

Ces Clippers, toujours porté par un Kawhi Leonard en mode Finals MVP (36 Points, 9 Rebonds, 8 Assists, 2 Steals & 1 Block) attendent cependant impatiemment le réveil de Paul George.

Celui pour qui LA s’était saigné l’année dernière est toujours aussi reconnaissable offensivement parlant malgré une activité défensive de tout les instants.

Les Clippers sont en droit d’espérer plus de PG13 car en face Dallas a du batailler durant quasiment toute la deuxième mi-temps sans son prodige slovène, blessé à la cheville.

Les images font froids dans le dos, mais les premiers retours se veulent rassurants d’autant plus qu’il ne s’agissait pas de la cheville droite, déjà sévèrement touchée cette saison.

Sans Doncic sur le terrain (qui a tout de même réalisé son premier triple-doublé en carrière), les Mavs se sont reposés sur leur licorne lettone: Kristaps Porzingis, monstrueux offensivement avec 34 Points & 13 Rebonds à 11/18 aux tirs.

L’ancien Knicks a permis aux Mavs de croire à un comeback dans le dernier 1/4 mais c’était sans compter sur un Kawhi Leonard clutch en fin de match pour plier l’affaire.


2-1 Clippers dans une série qui tient ses promesses mais tout les regards sont portés sur les deux stars des Mavs.

La cheville de Doncic sera forcément source de préoccupation côté Dallas, tout comme le genou du letton, qui pourrait venir à le gêner sur cette fin de série.


Le Game 4 s’annonce d’ores et déjà passionnant avec des Clippers désireux de prendre un avantage conséquent dans ce duel.


Dernière opposition de la soirée et nouvelle victoire pour Boston face à Philadelphie 102 à 94.


3-0 dans cette série qui semble filer inéluctablement vers un sweep historique des Celtics.


Car comme aux matchs précédents, Joel Embiid nous a livré un énorme 1er 1/4 temps et une prestation de haut vol au final (30 Points, 13 Rebonds) mais le résultat continue d’être le même pour ses Sixers.


Car même si même si certains cadres se sont réveillés (coucou Tobias Harris & Josh Richardson), Phillie accuse toujours autant le coup sur le banc.

9 points inscrits par la 2nd unit (et accessoirement par le seul Alec Bucks) et vous comprenez vite comment les Sixers ont perdu cette rencontre quand en face Kemba Walker prend ses marques petit à petit.


Discret sur les premiers matchs, Kemba profite des ajustements défensifs des Sixers sur Tatum pour tirer son épingle du jeu et il s’est régalé offensivement avec des shoots clutch en fin de match pour doucher les espoirs des Sixers.


Les troupes de Brett Brown apparaissent incapable de proposer une réponse leur permettant d’emporter une rencontre.

On se dirige tout droit vers un sweep et une fin anticipée et cataclysmique du fameux « Process ».

Triste fin pour ces Sixers...

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout