• David Pinto

La Suisse ramené sur terre par la Géorgie !

A peine 48 heures après son retentissant exploit face à la Serbie, l’équipe nationale Suisse est redescendue de son nuage, la faute à une équipe de Géorgie très solide, qui s’est imposée ce lundi après-midi à Espoo sur le score de 91 à 84.


Pour débuter la rencontre, Gianluca Barilari reconduisait son Cinq Majeur aligné face à la Serbie à l’exception de Michel Ofik N’Zege, titularisé en lieu et place de Natan Jurkovitz, blessé à la voûte plantaire et forfait pour ce match.

Malgré la présence du genevois, les Suisses démarraient bien mal cette rencontre et subissaient de plein fouet les assauts géorgiens et notamment du virevoltant ailier fort du CSKA Moscou, Tornike Shengelia.

Michel Ofik N’Zege se voyait siffler 2 fautes très rapidement et le spectre d’un scénario catastrophe planait déjà sur le parquet. 8-0 d’entrée et il fallait un shoot énorme du fin fond du parking dont Marko Mladjan à le secret pour enfin lancer la Suisse sur les bons rails.


Sans paniquer, ces deniers parvenaient à recoller petit à petit au score en se montrant très intelligents des deux côtés du terrain.

La défense de zone installée par le staff technique gênait énormément les Géorgiens tandis qu’en attaque, les helvètes se montraient très agressifs amenant la Géorgie dans le bonus pendant près de 4 minutes dans ce quart-temps.


Les deux équipes s’en remettaient dès lors à l’adresse de loin de leur big-guys : Beka Bekauri sanctionnait derrière l’arc imité par un Marko Mladjan, véritable option offensive n°1 chez les Suisses.


Dusan Mladjan venait terminer le quart par un shoot au buzzer dont il a le secret à l’angle 0 pour permettre aux Suisses de n’être qu’à 3 petits points à l’issu des 10 premières minutes.


27-24, +3 Géorgie.


Les troupes d’Ilias Zouros revenaient sur le parquet avec d’autres intentions défensives dans ce deuxième acte.

L’étau géorgien se resserrait de plus en plus sur une attaque suisse à la peine et qui se remettait au talent de Roberto Kovac pour ne pas voir l’écart gonflé au délà des 2 possessions d’écart.


Les paniers faciles se faisaient rares pour nos joueurs qui sombraient au rebond défensif, offrant multitude de second chance points à leurs adversaires du jour.


Malgré une féroce agressivité affichée en attaquant énormément le cercle, ce qui amena de nouveau les géorgiens dans le bonus défensif (avec + de 5’50 à jouer), les suisses ne parvenaient pas à en tirer profit ne récoltant que 2 L-F sur l’intégralité de ce QT.


Les géorgiens se régalaient de nos échecs offensifs en nous sanctionnant en transition et c’est tout naturellement que l‘écart montait à 9 unités obligeant coach Barilari à un Time-Out nécessaire.


Il fallait un Patrick Baldassarre, toujours aussi bien inspiré, en fin de 1ère Mi-temps pour permettre aux Suisses de rester au contact à la pause en n’affichant que 7 points d’écart, le tout avec un Marko Mladjan laissé de longues minutes sur le banc durant ce deuxième acte.

Patrick Baldassarre s’en va chercher des points sur la ligne (Crédit Photo : FIBA)


39-46, +7 Géorgie.

La Suisse parvenait à rester dans la rencontre malgré une adresse longue distance famélique: 2/11 à 3 Pts (18%) et une carence terrible aux rebonds face aux tours géorgiennes.


Les Géorgiens, quant à eux, affichaient un calme et un sérieux impressionnant d’autant plus avec un certain McFadden ronronnant dans ce 1er acte, auteur de 7 points seulement.


Et vous l’avez bien compris, le joueur de Burgos en Espagne commençait son chantier en deuxième MT en prenant littéralement feu et en sanctionnant la défense suisse de loin.

Le naturalisé américain finira la rencontre avec 24 points dont un superbe 6/9 du parking.


Rapidement dans le bonus, les Suisses concédaient beaucoup trop de L-F aux géorgiens qui en profitaient pour faire gonfler l’écart au délà de la dizaine de point.


Le momentum penchait clairement dans les rangs adverses et chaque posession devenait un véritable casse-tête pour les helvètes.

Jonathan Kazadi est le parfait exemple des maux qui ont rongé les suisses: son attentisme en attaque et ces pertes de balle acumulées coutèrent chère à l’équipe nationale qui ne sombrait pas plus au tableau d’affichage que grâce aux shoots de Roberto Kovac & Marko Mladjan.

(Marko Mladjan, encore une fois meilleur marqueur suisse - Crédit Photo: FIBA)


+11 à l’aube du dernier Quart-temps, les Suisses étaient au pied du mur et devaient désespérément trouver des solutions offensives pour relancer cette partie


Et admettons-le, les troupes de Barilari ont fait preuve d’une résilience sans faille dans cette partie démarrant ce dernier QT avec un surplus d’intensité symbolisé par le revenant, Michel Ofik N’Zege.

(Crédit Photo : FIBA)


Son dynamisme et sa physicalité ont permis à la Suisse de gommer son retard step-by-step et il est bien dommage qu’il eut été autant handicapé par ses problèmes de fautes qui le verront quitter le terrain rapidement dans le dernier QT pour 5 fautes.

Et ainsi contre toute attente, plus le match se rapprochait du Money-Time, plus les Suisses recollaient au score pour n’être qu’à 4 petits points à 3 minutes de la fin.


L’exploit semblait à portée de fusil mais malheureusement pour les joueurs de Coach Barilari, un joueur vint couper court à tous les espoirs d‘hold-up des suisses.

Shengelia prenait les choses en main et inscrivait 5 points de suite pour venir closer le match et enterriner les espoirs de l’équipe nationale.


91-84, la Suisse aura livré une bien belle bataille et opposé une résistance tout à fait respectable face à la Géorgie, leader incontestée de ce groupe.


Sentiment confirmé par la star géorgienne, Giorgi Shermadini, qui a tenu des propos élogieux sur cette équipe suisse en zone mixte dès la fin de la rencontre.

« La Suisse a gagné le respect de beaucoup de nations dans cette bulle et a affiché une très belle résistance. Leur victoire en Serbie n’est pas le fruit du hasard et elle aura toutes ses chances lors de la dernière fenêtre internationale. » 

En effet, la prestation collective des troupes de Barilari fut plus qu’intéressante, en témoigne les 24 assists à l’issu de la rencontre qui viennent combler les quelques absences de certains leaders.

Derrière Marko Mladjan & Roberto Kovac, la Suisse a manqué cruellement d’une troisième option offensive capable de faire changer la physionomie de ce genre de rencontre.

On attendra beaucoup plus notamment de Jonathan Kazadi, que ce soit sur son impact au scoring ou sa capacité à épurer son jeu en tant que seul véritable métronome de cette équipe.


Les Suisses ressortent donc de cette bulle en Finlande avec une précieuse victoire qui vient relancer la course à la qualification.


Avec le succès de la Serbie peu après face à cette même Finlande, les Suisses se retrouvent 4ème au classement mais ex-aequo avec les finlandais.

La rencontre du 19 février prochain aura presque l’air d’une finale avant l’heure: en cas de victoire face à la Finlande, les Suisses effectueraient un pas de géant en destination du prochain EuroBasket.


On espère que cette bubble pourra se tenir à Saint Léonard avec du public dans les gradins pour continuer d’écrire l’histoire du basket suisse !


C’est tout le mal que l’on souhaite à nos joueurs suisses qu‘on félicite pour les émotions procurées tout au long de ce week-en et pour cet amour inconditionnel du maillot.


Merci messieurs et à Février prochain, on y croit !


David Pinto pour Le Cinq Majeur

122 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout