• David Pinto

LCM Enquête - Coupe d’Europe : Fribourg rêve d’une bulle à St Léonard

Qualifié 1er de son groupe en FIBA Europe Cup pour la 1ère fois de son histoire, Fribourg Olympic sera désormais opposé aux bulgares du BC Balkan en 8èmes de finale de la compétition le 23 Mars prochain.

COVID-19 oblige, le format de la phase éliminatoire de la compétition sera reconduit sous forme de bulle avec la tenue des 8èmes & des 1/4 de finales sur le même site et en l’espace de 2 jours.

Images de joie des Fribourgeois après leur qualification pour les 8ème de finale de la compétition (© FIBA )


Joint à cette occasion, le Président du club fribourgeois, Philippe de Gottrau confiait au micro du Cinq Majeur son souhait d‘organiser cette fameuse bubble à Saint Léonard, ce qui constituerait « une opportunité exceptionnelle pour le basket suisse » selon ses dires.


Cependant, la triste réalité frappant la planète Swiss Basket est venue heurtée de plein fouet les ambitions des dirigeants d’Olympic.


FRIBOURG SEUL FACE À SON DESTIN EUROPÉEN


En effet, organiser une telle bulle dans un contexte sanitaire si particulier requière énormément de logistique et surtout de moyens financiers pour respecter et garantir les conditions exigées par la FIBA à travers leur cahier des charges.


Le Cinq Majeur a pu se procurer ce dernier afin de se rendre compte de l’ampleur d’une telle organisation.


Tout d’abord, le coût financier, comme évoqué plus haut, devient crucial pour le club organisateur puisque ce dernier se devra d’assumer, entre autres, les coûts :

  • d’hébergement, de transport et de repas pour toutes les délégations ainsi que les officiels et autre Staff de la FIBA. Nous savons que le coût de revient par personne pour le club amphitryon est de l’ordre de 250 Francs après déduction d’une participation forfaitaire de chaque équipe participante;

  • relatifs aux services médicaux sur place et qui est un critère majeur, compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Fribourg Olympic se devrait, s’il est choisi comme club organisateur, de mettre en place tout le protocole COVID prévu par la FIBA en assumant notamment l’intégralité des dépenses de laboratoire nécessaires.

  • de sécurité à mettre en place pendant l’évènement ainsi que tout coût relatif à l’organisation des rencontres.

Une fois l’énoncé terminé, on ne peut que facilement se rendre compte des sommes engagées et devant un défi de cette taille, il devient plus que nécessaire d’engager un consensus de toutes les entités compétentes pour espérer organiser un évènement de cette importance en Suisse.


Devant cette opportunité qui se présentait à eux, les dirigeants de Fribourg Olympic se sont donc tout naturellement penchés sur la question, d’autant plus qu’il ne s’agissait pas là d’un galop d’essai puisque ces derniers avaient déjà oeuvré pour l’organisation de la première phase de poule, disputée finalement en Pologne.

A cette époque, le seul représentant suisse sur la scène européenne masculine s’était tourné assez logiquement vers Swiss Basketball, afin que l’organe suprême du basket suisse puisse lui venir en aide.


Et à notre plus grande surprise, le retour de SWB ne fut pas celui espéré avec un « soutien très timide » comme nous le confiait le président fribourgeois de la part de la fédération suisse.

L’organisation de la prochaine SBL Cup du côté de Montreux étant la grande priorité de Swiss Basketball, l’accent n’était pas donné sur cette opportunité qui se présentait au club fribourgeois.


Face à cette situation, nous savons que pour l’organisation de la future bulle à venir, Fribourg Olympic avance actuellement sans soutien, que ce soit financier ou logistique, de la part de la fédération laissant ainsi le club seul face à son destin.

Il faut néanmoins reconnaître que Swissbasketball attribue d'emblée une somme forfaitaire identique pour les équipes suisses masculines ou féminines pour toute participation à une compétition européenne, indépendamment de l’organisation ou non de cette fameuse bulle du mois de Mars.


Ce contexte oblige donc Olympic à se débrouiller par ses propres moyens afin de remplir les conditions nécessaires pour déposer le dossier d’organisation auprès de la FIBA.


FRIBOURG, WE HAVE A PROBLEM !


Dans ce sens, le champion en titre en SBL se tourne désormais vers la municipalité fribourgeoise et les autorités cantonales pour espérer obtenir des subventions qui permettraient à Olympic d’assumer le lourd coût financier d’une telle organisation.

Un effort budgétaire somme toute assez conséquent mais étroitement lié aux problèmes logistiques auxquels devront faire face les dirigeants fribourgeois.


Car même si Olympic parvient d’un côté à réunir l’enveloppe nécessaire, il faudra encore espérer pouvoir disposer de la capacité hôtelière suffisante pour pouvoir héberger tout ce beau petit monde et ce durant plusieurs jours.


Compte tenu de la période catastrophique que traverse le secteur hôtelier mais également du volume du parc hôtelier aux alentours de Fribourg, l’organisation d’un tel évènement ne pourrait se tenir dans un seul et même établissement.

En effet, entre les joueurs des 4 équipes engagées, les staffs techniques respectifs, les arbitres, les officiels et autres personnels techniques de la FIBA, nous estimons à une centaine le nombre de personnes sur place et donc de facto à héberger.

Il faudrait dès lors tabler sur un hébergement auprès de 2 établissements, qui se devront de répondre à l’ensemble des critères très précis prévues par la FIBA (hôtel 4 étoiles, 5 chambres de back-up pour de l’isolement en cas de COVID, etc...)


Or, la capacité hôtelière sur place reste restreinte, d’autant plus que ces derniers se doivent d’être à 20 minutes maximum de la Halle Saint Léonard en transport.

Rajouté à cela les hôtels qui demeurent toujours fermés dans cette période de crise sanitaire et ceux ne disposant pas de la capacité suffisante sur les dates prévues avec notamment de nombreuses chambres réservées par l’UEFA et vous comprenez là toute la complexité de la chose.


Il ne reste donc plus trop de choix aux fribourgeois et espérons que la chance pourra leur sourire dans cette course effrenée contre la montre.

En effet, le timing est plus que resserré avec un dépôt de dossier à réaliser dans les prochains jours avant étude et analyse des villes candidates par l’organe suprême du basket européen.

Pour ce faire, la FIBA basera son jugement sur une série de plusieurs critères avec un focus majeur sur les garanties apportées par les autorités locales & sanitaires au club organisateur. La qualité de l’hébergement et les critères de production télévisuelle rentrent également en compte à l’heure de décerner l’organisation de ladite bulle.


De plus , rajoutons que devant cette opportunité assez inespérée, nous savons que de nombreux médias seraient fortement intéressés pour offrir une couverture médiatique digne de ce nom avec en tête de peloton, La Télé, désireuse selon nos informations de diffuser les rencontres sur ces antennes dans le scénario où Fribourg serait désignée ville organisatrice.

Cette médiatisation peut, dès lors, représenter une très belle opportunité commerciale pour les organisateurs puisque la FIBA permet à ces derniers d’exploiter de nombreux emplacements publicitaires, que ce soit à travers les 6 panneaux LED sur les bords du terrain ou bien les Stickers apposés à même le sol.

A ce jour, aucunes discussions entre SWB et Fribourg Olympic n’ont été conduites afin de tirer profit au maximum de ces droits marketings et commerciaux offerts par un tel évènement.


Car après recherches du Cinq Majeur auprès de plusieurs clubs européens ayant organisés ce genre de bulle, nous nous sommes aperçus des retombées économiques que peut offrir la FIBA Europe Cup.

Et le dénominateur commun qui ressort de l’ensemble de ces témoignages est l’intérêt suscité par les partenaires des clubs et des fédérations nationales de s’associer à ce genre d’évènement.

Pour terminer notre propos, il suffit de se rappeler les rétombées économiques de la participation de Fribourg Olympic à l’édition 2019 de la Basketball Champion’s League pour se rendre compte de la chose.

Cependant, l’ensemble des clubs intérrogés ont cependant profité d’une coopération sans faille entre les fédérations nationales, locales ainsi que les autorités publiques pour réunir les conditions propices à ce type d’organisation.


Il convenait donc de préciser également les retombées potentielles d’une telle organisation qui pourraient dès lors venir compenser les coûts totaux et ainsi réduire la facture globale.


UNE OPPORTUNITE UNIQUE ET RÊVÉE


Une fois les faits avancés, je souhaitais, dès lors, m’exprimer de manière plus personnelle quant à ce scénario assez abracadabrantesque et qui suscite une sorte d’indignation de la part du Cinq Majeur.


Pour commencer, rappelons l’opportunité EXCEPTIONNELLE que cette bulle représente d’un point de vue sportif pour les Fribourgeois dans une édition d‘Europe Cup, somme toute assez unique.


Privé de l’ogre londonien dans leur phase de groupe (pour cause d‘un trop grand nombre de cas de COVID-19), Olympic s’est qualifié en tant que 1er de groupe leur offrant ainsi un tirage plus que jouable face aux bulgares de Botevgrad.

Ainsi, les chances de voir une équipe suisse en 1/4 de finale n’ont jamais semblé aussi élevées, d’autant plus que cette fameuse rencontre se jouerait à peine 2 jours après l’opposition face aux bulgares offrant là une chance en or de voir (enfin) un représentant suisse dans le dernier carré d’une compétition européenne.


Je terminerai mes propos par l’élément qui a fait grincé le plus de dents au sein de la rédaction du Cinq Majeur et qui concerne l’autre représentant suisse en Coupe d’Europe: les Elfes de Fribourg qui disputeront une semaine plus tôt leur 8ème de finale après leur superbe qualification du côté de Landerneau en France.


Nous savons que les filles de Romain Gaspoz auraient pu se porter candidates conjointement avec leurs homologues masculins et ainsi profiter d‘une organisation commune si un consensus s’était dessiné entre tous les acteurs engagés.

Olympic a en effet abordé la présidence d'Elfic dans l'optique d'une organisation commune mais les moyens d'Elfic étant encore plus limités que ceux de leurs homologues masculins, Elfic Fribourg a dû décliner cette invitation.


Cependant, nous ne pouvons que déplorer cette situation tant le poids d’une candidature conjointe des deux clubs fribourgeois aurait pu avoir un poids tout autre auprès des autorités locales et cantonales à l’heure d’obtenir les nécessaires subventions pour assurer ce genre d’évènement.

On n’aurait que si bien imaginer les elfes tenter l’exploit d’éliminer l’ogre israélien qui se dressera devant elles, à domicile !

La Halle Saint Léonard pourrait être le théâtre de futures rencontres européennes.


UN RÊVE SI PRÈS MAIS SI LOIN


Une Bubble pour les hommes et les filles à Saint Léonard, coup sur coup, voila donc le portrait de ce scénario rêvé mais qui était plus que réalisable pour nos représentants sur la scène européenne.

Et malgré l’absence de public, une telle organisation n’aurait fait que maximiser au mieux les chances de qualification des deux formations qui auraient évoluer à domicile dans une salle que les joueurs et joueuses ne connaissent que si bien...

Cependant, la deadline imposée à Elfic Fribourg étant dépassée depuis peu, ce doux rêve s’envole laissant tout de même un espoir pour les autres pensionnaires des lieux.


Malheureusement et après de longues heures à décortiquer ce dossier, nous ne pouvons que déplorer l’attitude général au sein de la direction de l’organe suprême du basket helvétique qui ne considère par cette opportunité comme assez intéressante pour ne serait-ce que proposer une aide minime aux dirigeants fribourgeois.


Car même si Fribourg Olympic n’a pas officiellement approché SWB quant à son souhait d’organiser la bulle du mois de mars, il était de notoriété publique la volonté affichée par les dirigeants fribourgeois d’organiser un tel évènement.

Rappelons tout de même que la ville de Fribourg est d’une certaine manière le centre nevralgique du basketball suisse avec notamment le siège de la fédération, non loin de la Halle Saint Léonard.

De plus, l’ensemble des documents relatifs à l’organisation d’une telle bulle sont envoyés par la FIBA à chaque club qualifié mais aussi à l’ensemble des fédérations nationales respectives.


Nous constatons donc un manque certain de communication entre les parties et une fois le dossier clos, on espère que des améliorations pourront être faites dans ce sens pour éviter de revivre ce genre de situation.

Selon nos sources, le bruit courait dans les bureaux de Swiss Basket des démarches entreprises par les dirigeants fribourgeois et il devient donc difficilement imaginable que la fédération n‘ait pas été au courant des véléités d’Olympic.


A l’heure où nous publions cet article, aucune aide pécuniaire ni même logistique n’a été fournie à Fribourg Olympic et c’est selon nous, là où le bât blesse.

Car même si Olympic, à l’instar d‘Elfic a perçu un montant forfaitaire de la part de SWB pour sa participation et qualification pour les 8ème de finale de la compétition, les aides de la fédération suisse s’arrêtent là et rien à ce jour n’a été fait pour assister ou épauler le club pensionnaire de St Léonard dans ses démarches.


Le basket suisse se veut ambitieux, en témoigne le souhait de SWB d’organiser dans les années à venir la compétition reine en Europe: l’EuroBasket.


Et quoi de mieux comme message envoyé à la FIBA, que celui d’une organisation d’une ou plusieurs bulles sanitaires dans des compétitions européennes afin de donner encore plus de crédit à une future candidature suisse et prouver ainsi que notre pays serait apte et compétent pour accueillir ce genre d’évènement dans le futur ?


Cependant, force est de constater que les priorités au sein de la fédération suisse sont toutes autres avec en ligne de mire la participation de l'équipe suisse masculine aux qualifications de l'EuroBasket 2021 et l‘organisation de la prochaine Coupe de la ligue à Montreux.

La tenue de la SBL Cup, en cette période sanitaire si compliquée, constitue bien évidemment un défi de taille et de poids pour Swiss Basket mobilisant fortement le personnel de la fédération et nous nous devions de l’évoquer dans cet article.

Mais il convient également de rappeler que la mission de Swiss Basketball, comme le prévoit ses statuts est d’encourager et promouvoir le basketball en Suisse.

Il aurait été donc logique et normale selon nous, dans la mesure du possible et des moyens humains et financiers à disposition de la fédération, de prêter main forte aux fribourgeois dans cette aventure, d’autant plus que tout acte de candidature se doit d’être validé et officiellement signé par le Président de la fédération nationale qui assure à la FIBA « supporter la candidature du club et fournir toute l’assistance nécessaire pour la bonne organisation de la bulle ».


Face à ce constat édifiant, la situation ne peut qu’alerter face au manque de soutien dont jouit actuellement Fribourg Olympic de la part de l’unique autorité compétente en matière de basketball en Suisse et reconnue à ce titre par la Fédération Internationale de Basketball (FIBA) et Swiss Olympic.


À défaut donc d’émettre un jugement sur la chose, nous ne pouvons que déplorer ce manque d’ambition devant une opportunité qui ne se représentera pas de si tôt.

Nous espérons que ces lignes pourront faire avancer les choses dans les heures et les jours à venir et voir enfin un consensus national afin de proposer un dossier de qualité à la FIBA offrant le plus de chances possibles pour obtenir le fameux sésame.


Et même si le dossier n’aboutit pas, cela aura au moins eu le mérite de permettre aux acteurs du basketball suisse de s’acclimater à ce genre de procédures pour, dans les années à venir, espérer organiser ce type d’évènements internationaux sur notre sol.


Car comme le disait le Président fribougeois, « cela aurait été extraordinaire pour le basket suisse d’organiser les deux bulles coup sur coup et ainsi maximiser les chances de nos deux derniers représentants en Europe ».


Ce dernier terminait par une phrase pleine d’optimisme quant à la situation actuelle:

Ces opportunités rares ne se présentent pas deux fois et Fribourg se devait de tenter sa chance. La situation actuelle est dommageable mais il est peut-être encore temps de collaborer main dans la main avec SWB même si nos chances d‘organiser un tel évènement sont maigres.

Philippe de Gottrau, Président de Friboug Olympic


Le Cinq Majeur ne peut que partager l’ambition fribourgeoise et l’encourager à travers ses quelques lignes pour espérer caresser ce doux rêve de voir un représentant suisse dans le dernier carré d’une Coupe d’Europe.

Dans une édition 2021 d’Europe Cup si particulière et atypique, avoir la possibilité de jouer ces rencontres à élimination directe, à domicile serait un atout fantastique pour mettre les fribourgeois dans les meilleures dispositions et ainsi pouvoir briller et jouer leur va-tout dans cette compétition !


Une équipe dans le Final-Four d’une coupe d’Europe... Cela n’est jamais arrivé dans l’histoire du basket helvétique et comme le dit si bien l’adage populaire, « le train ne passe jamais deux fois. »


Espérons pour le basket suisse que le train de la FIBA pourra faire halte à la gare de Fribourg dans les semaines à venir...


196 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout