Le panier historique de Matt Milon

En inscrivant un tir primé sur le buzzer face à Genève, le joueur de Starwings a éliminé l’équipe qui avait remporté la saison régulière: une première dans l’histoire du basket suisse. Un rêve éveillé qui se poursuit pour des Bâlois qui affronteront Fribourg Olympic en finale, dès demain.

Grâce à son panier face à Genève, Matt Milon est entré dans l'histoire du basket suisse ©Swiss Basketball


Bien riche celui qui, il y a deux semaines, misait sur une accession à la finale de SB League de Starwings. Huitième au terme de la saison régulière, la formation bâloise allait affronter l’ogre genevois, qui n’avait perdu que trois matches durant l’exercice 2020-21, face à ses poursuivants directs au classement (Fribourg, Massagno, Neuchâtel). Sur le papier, les Lions n’allaient faire qu’une bouchée des hommes de Dragan Andrejević. Après un acte I remporté de 19 longueurs par Genève, la messe semblait dite. Mais la magie du sport en a décidé autrement et Starwings a créé une énorme surprise en éliminant les favoris grâce à un buzzer beater à trois points de Matthew Milon.


Starwings: la meilleure option

Débarqué de sa Floride natale en début de saison, l’Américain a choisi la Suisse, et plus particulièrement Bâle, pour effectuer sa saison de rookie. «Nous en avons discuté avec mon agent durant l’été et nous sommes arrivés à la conclusion que Starwings était la meilleure option pour moi, développe Matt Milon. En tant que rookie, l’important était de pouvoir jouer, montrer ce que je savais faire sur le terrain et espérer que cela puisse ouvrir d’autres portes». Le joueur de Bâle admet toutefois que, avant d’arriver dans notre pays, il ne connaissait rien du basket suisse: «Quand on vient des États-Unis, on regarde beaucoup la NBA ou le college basketball. Lorsqu’on mentionne l’Europe, on pense uniquement à l’EuroLigue ou à l’EuroCup». Ce qui ne l’a pas empêché d’être surpris en bien par le niveau de nos contrées. «C’est vraiment du bon basket, avec un niveau élevé et des joueurs de qualité, encense-t-il. En plus, c’est une ligue de seniors et ça a vraiment été une excellente expérience pour moi».



Son premier game-winner

Une excellente expérience qui est en train de tourner en conte de fée depuis quelques jours. Depuis ce fameux tir primé face aux Lions de Genève, le 16 mai dernier. Petit rappel: après avoir remporté l’acte II de deux points, Starwings se rendent au Pommier pour un match décisif face à la troupe d’Andrej Stimac. Les Bâlois tiennent le coup et font douter les Genevois. Il reste 2,8 secondes à l’horloge au moment où Dragan Andrejević prend son temps-mort, le score étant de 70 partout. Puis, ce fut au tour de Matt Milon de briller. «Sur le banc, j’ai dit à mes coéquipiers: “On ne va pas en prolongations, je vais le mettre“, se souvient-il. Contre Genève, qui est une si bonne équipe, ça aurait été si dur de les battre au-delà du temps réglementaire». Profitant du «leurre» Deondre Burns et de l’écran de Cheikh Sane, Matt Milon reçoit la balle et marque un panier qui restera dans l’histoire du basket suisse. «C’est mon tout premier game-winner. Au collège, j’ai mis quelques paniers alors qu’il restait une, voire deux minutes mais jamais je n’avais fait gagner mon équipe. C’était un tir spécial pour un moment exceptionnel», résume le joueur de Starwings.

Le panier de l'année, sous tous les angles. ©Swiss Basketball & Le Cinq Majeur


«Battre Fribourg trois fois sera compliqué»

Le Swiss dream s’est même poursuivi pour Matt Milon et ses coéquipiers puisque ceux-ci sont parvenus à se défaire d’Union Neuchâtel au deuxième tour et affronteront Fribourg Olympic en finale, une première pour une équipe suisse-allemande depuis le titre d’Uni Berne en 1933. «Il y a eu une sorte de déclic: nous n’avons pas réussi à gagner quatre matches d’affilée durant toute la saison mais nous le faisons lors des play-off», sourit le Floridien.

Est-ce que tout va sourire aux Bâlois, jusqu’à lever la coupe? Car c’est encore un énorme défi qui attend les protégés d’Andrejević en finale. Face à une équipe de Fribourg Olympic qu’ils n’ont pas réussi à battre cette saison, ils ne pourront à nouveau compter que sur six joueurs dans leur rotation. «C’est fou. Nous sommes tellement connectés en ce moment sur le parquet», explique Matt Milon. Mais est-ce que la fatigue pourrait rentrer en compte dans cette finale? «Nous sommes un peu inquiets d’être fatigués des matches que nous avons déjà disputés. Nous avons enchaîné des rencontres tous les deux jours mais, comme il y a trois jours entre chaque acte de la finale, je pense que cela peut nous aider à récupérer», espère-t-il.

35, 20, 8, 12: ce sont les écarts de points, pris dans l’ordre chronologique, lors des victoires d’Olympic sur Starwings cette année. Les Bâlois peuvent-ils donc vraiment remporter ce trophée? «Il nous manquait des joueurs lors des derniers affrontements contre eux mais, cette fois, nous aurons une équipe complète de six joueurs, rigole le Floridien. On ne sait jamais, c’est vraiment une bonne équipe mais nous allons donner le meilleur de nous-mêmes». Dans un best-of 5, Matt Milon l’admet: «Battre Fribourg trois fois sera compliqué». Si, toutefois, les Bâlois y parviennent, cela serait sans doute le plus grand exploit du championnat suisse de tous les temps.


Matthias Davet


---------------------------

CV basketballistique de Matt Milon 🏀

2011-15: High School Oviedo (FL)

2015-16: Boston College (MA)

2016-19: William & Mary (VA)

2019-20: UCF Knights (FL)

2020-21: Starwings Basket Regio Basel

Posts récents

Voir tout