• David Pinto

Monthey remporte son 1er succès de la saison

Match en retard de la 2ème journée, le BBC Monthey, corrigé à domicile face à Genève avait à cœur de se racheter face aux bâlois de Starwings, également vierge de victoire cette saison.


Ce match valait donc cher dans l’optique des dernières places qualificatives pour la SBL Cup.


Pour débuter, le BBC Monthey pouvait compter sur ces 2 américains, Bailey & Galloway, récemment arrivés, dans le Cinq de départ.

Starwings démarrait également avec un changement par rapport aux dernières rencontres: la présence de Nathan Krill, de retour dans les rangs des locaux.


L’américain, qui évoluait en Hollande l’année dernière, a pleinement justifié cette titularisation avec un début de rencontre en fanfare puisqu’il inscrivait les 7 premiers points de son équipe avec notamment un gros dunk sur un superbe service de Millon.

Ce dunk allait réveiller des bâlois, endormis en début de rencontre et qui dans la foulée du 1er Time-Out d’Andrejevic allait infliger un 8-0 aux Montheysiens avec le passage à une défense de zone qui perturbait les plans des visiteurs.


Monthey répondait alors par la domination au poste bas de Vincent Bailey profitant des faiblesses défensives de Starwings en Post-Up.

Le jeu s‘équilibrait dès lors mais le niveau n’était clairement pas au RDV, en témoigne le manque d’adresse criant des 2 équipes (2/10 en cumulés à 3 Points dans ce 1er QT) et l’incroyable quantités de déchets de parts et d’autres en fin de QT avec énormément de coups de sifflet (écrans illégaux, fautes offensives,etc...) qui hachaient le rythme du jeu.


15-18 à la fin du 1er QT. On rongeait tranquillement notre frein en attendant que ce match s’emballe un peu plus.


Le deuxième acte allait ressembler comme 2 goûtes d’eau au 1er avec un très bon début du BBC Monthey dans le sillage de l’américain Edwards, en sortie de banc.

L’arrière offrait une véritable solution des 2 côtés du terrain à Patrick Pembele et allié au passage à une défense en zone du coach montheysien, les visiteurs prenaient rapidement 11 points d’avance.


Un avantage qui s’était notamment construit grâce à l’impact des role players de Monthey: le jeune Spadone apportant énormément notamment balle en main et Tutonda offrant une présence précieuse au rebond.


Starwings, dos au mur et ne pouvant compter sur l’apport traditionnel de Millon au scoring se remettait alors alors à Nathan Krill.


L’américain connaissait un incroyable coup de chaud inscrivant 6 points coup sur coup et ramenant les siens à 3 points.

Les bâlois ressortaient la tête de l’eau et parvenaient à rester au contact de Monthey en fin de mi-temps avec notamment cette super assist de Kostic pour Sané qui filait au dunk.

38-40 à la pause.

Avantage Monthey dans une rencontre marquée par un niveau très moyen.

Les visiteurs montraient rapidement du mieux dans leur jeu, surtout après la gifle initiale en SBL avec des apports plus qu’intéressants de ces américains.

Quant aux locaux, ils affichaient une nervosité assez flagrante avec un déchet trop important.

L’absence de Back-up à la mène derrière Kostic pesait lourd malgré la grosse 1ère mi-temps de Nathan Krill, incandescent dans le 2ème QT.


COUPURE DE COURANT POUR STARWINGS


Le titre est assez évocateur, mais résumé parfaitement le blackout total qu’ont connu les bâlois dans ce 3ème QT.

C’est simple, Starwings tardait 6’40 à inscrire ses premiers points sur une claquette de Sané après une énième possession galère.

La faute à une défense étouffante de Monthey qui montait d’un ton dans ce secteur là, en témoigne l’énorme contre de Galloway qui laissait présager l’orage qui allait s’abattre sur les bâlois.

L’écart repassait donc très vite au délà de la dizaine de points, Monthey profitant des offrandes des joueurs d’Andrejevic, déjà la tête tournée vers les fêtes de Noël.


Comme il nous l’a confié en interview, Patrick Pembele avait ciblé un joueur en priorité: le meneur Branislav Kostic.

Avec l’absence de Burns, on a vraiment insisté pour mettre une énorme pression sur leur seul meneur et ça a payé, notamment en deuxième mi-temps où nos rotations défensives l’ont terriblement gêné.

Offensivement parlant, Edwards se régalait en fin de QT pour maintenir la tête sous l’eau de bâlois qui n’inscrivaient que 5 maigres points dans ce Quart.


43-56 : Monthey montait en régime et semblait filer tout droit vers son premier succès de la saison.


Le dernier acte ne laissait aucunement place au suspense la faute à une équipe de Monthey toujours aussi appliquée et qui a pu compter sur le coup de chaud de Brunelle Tutonda, lui aussi en sortie de banc.


Le lusophone abattait un travail monstrueux que ce soit aux rebonds ou offensivement.

9 points pour lui dans ce 4ème QT sur ses 13 inscrits dans le match qui permettaient à Monthey de faire grimper l’écart au délà de la vingtaine de points.


La montagne devenait infranchissable pour Starwings, d’autant plus quand les locaux perdaient Nathan Krill pour expulsion avec près de 8 minutes à jouer dans ce QT.


La fin de match fut gérée parfaitement par des Montheysiens en contrôle et nullement inquiétés par Starwings, résiliée dans ces dernières minutes.


Une action, en particulier, cristallise parfaitement l’apathie générale des bâlois durant cette rencontre et symbolise assez bien la maigre prestation des locaux.

Sortie de time-out d’un coach Andrejevic furieux qui se solde par une perte de balle stupide de Kostic qui offre un panier facile à Timberlake.


La messe était dite, Monthey s’imposait 76 à 60 et remportait donc son 1er succès de la saison.


Pour les visiteurs, cette victoire viendra gonfler le moral des troupes avec pas mal de signes encourageants pour les prochaines semaines.

Galloway, récemment arrivé, s’est vite mis dans le bain et pourrait offrir une solution plus qu’intéressante à Pembele dans les semaines à venir, notamment de par sa complémentarité avec son compatriote, Vincent Bailey.

La défense en zone des montheysiens fut très intéressante, notamment dans ce 3ème QT grâce à la variété d’options dans les mains du coach du BBC Monthey.

Tutonda, Edwards et Kessler ont répondu présents sur cette rencontre et c’est de bon augure pour les visiteurs.


Dans les rangs bâlois, cette 5ème défaite d’affilée fait tâche.

Le niveau global de l’équipe fut très inquiétant malgré l’absence pesante de Burns.

L’absence de solution à la mène a mis en avant les faiblesses du backcourt avec notamment un Kostic en énorme difficulté sur cette rencontre et coupable de 7 perte de balles.

Au final, seul Cheick Sané a semblé tenir son rôle sur cette rencontre marquée par les 20 Turnovers et l’adresse catastrophique de Starwings.

Le parfait symbole fut le non match de Millon, Top-Scorer La Mobilière beaucoup trop discret offensivement.


Andrejevic devra redoubler d’effort dans les semaines à venir pour inverser la spirale négative dans laquelle se trouve son équipe et la tâche n’en sera que plus compliquée avec la réception des Genevois et un déplacement périlleux à la Riveraine pour affronter Neuchâtel.

Les notes du match :


Branislav Kostic Victor Desponds ⭐⭐⭐

Vid Milenkovic Marlon Kessler ⭐⭐ Matthew Milon Chad Timberlake⭐⭐ Nathan Krill⭐⭐⭐ Vincent Bailey⭐⭐⭐ Cheikh Sane⭐⭐⭐⭐ Jonathan Galloway ⭐⭐⭐⭐

Sebastien Davet ⭐⭐ Brunelle Tutonda ⭐⭐⭐⭐ Yafet Haile ⭐⭐ Achile Spadone ⭐⭐⭐

Ilija Vranic ⭐⭐ Arthur Edwards ⭐⭐⭐⭐

⭐ Très mauvais match ⭐⭐ Mauvais match ⭐⭐⭐ Match correct

⭐⭐⭐⭐ Bon match ⭐⭐⭐⭐⭐ Performance spéciale