• David Pinto

Patrick Baumann Swiss Cup Men 1/4: Starwings se fait peur mais vient à bout de Lugano

Les matchs s’enchaînent en ce mois de Mars avec le 3ème quart de finale de Patrick Baumann Cup et ce duel alléchant entre les bâlois de Starwings, en grande forme sur ces dernières semaines et les Tigers de Lugano, qui voyaient Axel Louissaint disputer son dernier match dans le tessin avant son départ à Antibes, comme nous vous l’avions annoncé en exclusivité.

Et l’enjeu de ce match de coupe pesait clairement sur ce début de rencontre.

Les deux formations faisaient preuve de maladresse dans ces premières minutes avec des turnovers à gogo.

Résultat, nous avons du attendre 2’30 pour voir Jules Aw inscrire le 1er panier du match et après 5 minutes de jeu, le score ressemblait plus à un match de Poussins (4-4).


Starwings s’en remettait alors au talent de Vid Milenkovic, rare joueur à rentrer un paneton dans cette fin de QT.

Il fallait alors un dunk en transition de Sané pour emballer cette rencontre et obliger Salvatore Cabibbo à prendre son 1er Time-Out.


Le technicien tessinois faisait alors entrer Axel Louissaint, chargé de museler Deondre Burns et le résultat fut payant avec des bâlois en perdition sur les dernières minutes. Lugano en profitait pour prendre 2 possessions d’avance.


C’est alors que Nathan Krill se transformait en Quater-Back d’un soir, avec une passer laser qui traversait tout le terrain pour trouver Vid Milenkovic sous le panneau bâlois et qui finissait au buzzer.

On vous laisse apprécier la passivité de la défense tessinoise...

(Nathan Krill en mode Kevin Love avec la passe de QB ! © : Swiss Basket )


15-18: +3 Lugano à la fin du 1er QT.


Porté par ce panier miraculeux, Vid Milenkovic montrait qu’il avait toujours la main chaude et permettait, sur une bombinette du parking, à Starwings d’enfiler un 7-0 d’entrée de QT.


Lugano, dans les cordes, s’en remettait au talent de sa nouvelle recrue, Marco Portannese (auteur d’une nouvelle très belle prestation) pour éteindre l’incendie et dans son sillage, Axel Louissaint montrait l’étendue de son talent des deux côtés du terrain.


Et malheureusement pour le rythme de la rencontre, Starwings et Lugano se retrouvaient très tôt, coup sur coup, dans le bonus.

Le jeu en pâtissait immédiatement, et il fallait le talent individuel de Burns et Jules Aw pour voir quelques paniers rentrés.

Lugano continuait sa traversée du désert en adresse avec un déchet considérable et Starwings en profitait pour creuser l’écart avec un Matthew Millon qui trouvait enfin les filets.


Puis juste avant la Mi-Temps, le moment WTF du soir... !!!

Sur un lancer-franc de Sébastien Davet sur le point de rentrer, Jules Aw s’en allait faire interférence en tentant de contrer le ballon et surtout, en touchant le filet.

Cela n’échappait pas au camp arbitral qui, de fait, accordait 2 points aux bâlois pour ce L-F...

Un point donné gratuitement et stupidement à l’adversaire qui pourrait valoir très, très cher dans un match de coupe...

Amorphes sur ces dernières minutes, Lugano voyait Starwings prendre de l’avance et tourner à la pause à 42-33.


Starwings finissait beaucoup mieux ce 1er acte et prenait un matelas d’avance précieux avant les 20 dernières minutes, aidé par la domination aux rebonds de Sané.

Lugano, maladroit à souhait, a proposé une prestation d‘un faible niveau sur cette première mi-temps avec un Marco Portannese, inspiré et esseulé sur la ligne arrière.

Les nombreuses fautes de part et d’autres seront forcément à surveiller en fin de rencontre.


A la sortie des vestiaires, on espérait le déclic d’un discours assourdissant de coach Cabibbo ayant fait trembler les murs du vestiaire tessinois...

Et malgré le panier inaugural de Burns, Lugano revenait avec de nouvelles intentions et notamment un certain Derek Jackson, beaucoup plus agressif et qui permettait à Lugano de revenir à 5 petits points.


Andrejevic, sentant le vent tourné, prenait logiquement un temps-mort pour recadrer ses troupes et bien lui en a pris puisque Sané poursuivait son chantier dans la peinture pour permettre à Starwings de prendre 3 possessions d’avance avant le début du show Millon.


Le sniper américain, en sortie de banc, s’en allait envoyer 3 bombinettes du parking dans les dernières minutes pour faire grimper le score.

67-55 pour Starwings à l‘aube du dernier QT.


Le momentum penchait pour les locaux et le début de QT allait clairement dans ce sens avec un écart qui gonflait encore plus (+ 15 Starwings)

Cependant, Lugano n’abdiquait pas et dans le sillage d’un Axel Louissaint, toujours aussi précieux, infligeait un 7-0 aux bâlois pour maintenir un semblant de suspense pour cette fin de rencontre.


Mais arrivant dans le fameux money-time, Starwings possède un joueur qui excelle dans les moments chauds: “Mister 4th Quarter Burns”.

Le meneur américain allait inscrire 9 points de suite pour permettre à Bâle d’avoir 11 points d’avance à 4 minutes de la fin.


Les Starwings considéraient-ils le match déjà plié ? Quoi qu’il en soit, Lugano ne lâchait pas le morceau et Nikolic trouvait la bonne idée de se réveiller en allant gratter pléthore de L-F (5/6 tentatives)


L’écart se réduisait petit à petit et Starwings commençait à afficher une certaine nervosité, d’autant plus que Deondre Burns se voyait sifflé sa 5ème faute à 2’17 de la fin.


Sans son meneur américain, les locaux n’arrivaient pas à inscrire le moindre panier et enchaînaient les pertes de balle. Lugano ne demandait pas mieux et sur un tir Ave-Maria de Jackson du fin fond du parking, les tessinois recollaient presque miraculeusement à 4 petits unités avec 1’30 à jouer.

(Jackson vient relancer cette fin de match sur ce shoot incroyable ! © : Swiss Basket)


Le scénario d’un hold-up parfait se dessinait pour Lugano et ce dernier prenait encore plus forme lorsque Cheik Sané s’en allait provoquer une faute offensive. Sa cinquième de la rencontre alors que les 2 équipes étaient dans le bonus.

Privé de Burns et Sané, Bâle voyait Jules Aw rentrer son 1er lancer mais échouer sur son deuxième.

Bien évidemment, le rebond retombait dans les mains tessinoises, et Portannese du parking venait complètement relancer cette rencontre. + 1 en faveur de Starwings avec 1 minute à jouer.


Starwings rencontrait toutes les peines du monde pour scorer et qui plus est, se montrait maladroit sur la ligne de L-F (0/2 pour Davet) et il fallait un shoot très compliqué de Yafet Haile pour redonner un petit matelas aux locaux (+3).


En plein money-time, Coach Cabibbo prenait un Time-Out avec 37’ à jouer. De retour sur le parquet, Nikolic venait gratter une énième faute et se montrait clutch sur la ligne.


Avec moins de 24 secondes à jouer, les joueurs de Cabibbo décidaient logiquement de faire faute sur Matthew Millon.

L'américain rentrait son 1er mais sur le rebond du 2ème L-F raté, Davet tipait le ballon en direction de son propre panier. Jackson n’en demandait pas mieux et suite à une belle pénétration en transition, trouvait Portannese, seul à l’angle 0.


Le shoot, potentiellement de la gagne, du hold-up presque parfait, tendait les bras à l’arrière mais le sort en voulait autrement avec un In-and-out des familles.

Le match semblait alors fini, mais Milenkovic, décidait de maintenir un brin de suspense en se montrant fébrile sur la ligne de L-F.

Marco Portannese, désireux de se rattraper de son tir raté, provoquait intelligemment dans la peinture pour aller, lui aussi, sur la ligne primée.

Lugano, résilient comme lors de toute la rencontre, ne s’avouait pas vaincu et restait donc à un petit point avec 10 secondes à jouer.

Dragan Andrejevic, sentant la nervosité de ses troupes, appelait un temps-mort pour gérer cette fin de rencontre sans trop de problème.


On pouvait, quelques secondes plus tard, entendre sa rage lorsqu‘il voyait Milenkovic perdre le ballon stupidement sur la remise en jeu suivant son temps-mort.


Et de manière assez stupéfiante, Lugano se retrouvait avec une balle de match avec 10 secondes à jouer et 1 point d’écart...

Après cette fin de rencontre somme toute assez rocambolesque, on ne pouvait qu’imaginer Lugano s’en sortir en apothéose dans cette opération hold-up.

Et quelle fut notre surprise de voir tous ces efforts gâchés par cette gestion catastrophique de cette dernière cartouche de la part de Jackson et dans une moindre mesure, de Louissaint.

Coup sur coup, les joueurs s’échangèrent le cuir pour terminer par un air-ball de Jackson.


Score final 82-81. Bâle se qualifie donc pour les 1/2 finales de la compétition et affrontera Fribourg pour une place en finale.


Starwings s’est imposé somme toute assez logiquement mais non sans s’être fait terriblement peur en fin de rencontre.

Privés de Burns et Sané, les bâlois ont affiché une nervosité criante qui aurait pu leur coûter cher si Lugano s’était montré plus adroit.

Andrejevic pourra cependant se satisfaire de cette très belle qualification qui valide la belle montée en puissance de ses troupes sur ces dernières semaines.

Burns, malgré son expulsion, s’est encore montré étincelant dans le 4ème QT et Vid Milenkovic s’impose de plus en plus comme une option offensive majeure.

Les bâlois regardent désormais vers le haut du classement de SBL et cette victoire face à Lugano ne peut que les motiver pour chasser les tessinois au classement (5ème actuellement).

Ils en auront l’opportunité lors de la prochaine journée avec un déplacement au Chaudron face au BC Boncourt, qui pourrait leur permettre, en cas de victoire, de recoller au classement avec les jurassiens.



Quant à Lugano, cette rencontre ne peut que susciter des regrets dans les rangs des Tigers.

Et malgré une fin de 1ère MT catastrophique et un écart conséquent dans le dernier QT, les tessinois ont pu revenir petit à petit pour espérer remporter cette rencontre.

Les Tigers se sont montrés résilients mais leur retour se devait plus à une défaillance des bâlois qu’à un net regain de jeu côté Lugano.

Portannese, récemment arrivé, sait l’ampleur de la tâche qui l'attend (remplacer Axel Louissaint partant) mais il a su montrer tout l’étendue de son talent.

Il lui faudra, bien sûr, épurer son jeu en attaque et améliorer drastiquement sa sélection de tirs, mais son talent offensif est indéniable et Lugano pourrait bien se régaler du jeune sniper dans les semaines à venir.

Il leur faudra cependant montrer plus de concentration défensivement parlant, notamment lors de leur passage en zone. Les rotations sont trop régulièrement approximatives et offrent souvent beaucoup trop d’opportunités faciles aux adversaires.

Désormais éliminés de cette coupe, les Tigers vont devoir vite se replonger en championnat avec cette 5ème place à défendre et la tâche sera ardue avec le derby du Ticino sur le parquet de Nosedo lors de la prochaine journée.




Posts récents

Voir tout