Review 3: la saison 2021/2022 du BC Alte Kanti Aarau


Entre le covid et les blessures, la formation alémanique n'aura pas été vernie cette saison...


Semanjaku à la rescousse

Avec deux très lourdes défaites pour commencer, les joueuses de Velko Evgenievski ne démarraient pas de la meilleure des manières leur saison 2021-2022. Les deux renforts étrangères Andelova et Alford peinent à intégrer alors que Miriam Rasenberger (également considérée comme étrangère) est très jeune et évoluait en seconde division la saison dernière et a encore beaucoup à apprendre.


Rapidement et alors que l'intérieur italo-américaine se blesse et n'est de loin pas à 100%, le club argovien décide d'appeler à la rescousse l'expérimentée Enisa Semanjaku qui jouait encore la saison dernière au sein de la formation alémanique. Son arrivée va faire du bien en terme d'expérience même si on sent bien que physiquement ce n'est pas du tout évident.


Si les victoires se font rares, on voit du mieux avec notamment la capitaine Katja Wasser qui réalise un excellent début de saison. A domicile, face à Hélios, avec l'adresse de Giulia Simeone, le playmaking de Semanjaku et Andelova et le retour en forme d'Alford, Aarau ne passe pas loin de l'emporter et on se veut plutôt optimiste pour la suite du championnat.


Les absences

Malheureusement et ce tout au long de la saison, le technicien autrichien va devoir jongler avec les absences de ses joueuses majeures. Aucune joueuse n'aura pu jouer les 24 rencontres de saison régulière et on ne compte même pas toutes les parties ou Andelova, Alford, Wasser ou encore Semanjaku n'étaient pas à 100%.


Malgré ces coups du sort, les leaders que l'on vient de mentionner n'ont pas baissé les bras et ont eu le mérite de se battre. Andelova qui n'a jamais vraiment été au top de sa forme physique, réussira tout de même un incroyable match face é Troistorrents en janvier avec 33 points inscrits dont 7 paniers à longue distance. Alford finira la saison en double double malgré des problèmes de dos et une blessure à la cheville en fin de saison qui aurait pu être bien plus grave.


Jamais Aarau ne parviendra à battre une équipe mieux classée qu'elle lors de cet exercice 2021-2022 et la saison s'achève avec une 6ème place sans réelle saveur.


Le manque de progression des jeunes joueuses

Avec toutes les absences et problèmes de santé des cadres de l'équipe, on attendait beaucoup des jeunes joueuses. Globalement, on aura été déçu. Si part séquences, Simeone et Rasenberger ont montré de belles choses, c'est surtout le duo Guthauser-Wildi qui nous aura déçu.


La première nommée a aussi été blessée mais hormis un énorme shoot en fin de rencontre contre Pully fin janvier, on n'en a pas assez vu. Auteure d'une saison 2020-2021 plutôt prometteuse, la fille du président Wildi n'a pas répondu aux attentes qui étaient il est vrai sans doute trop élever.


Bilan global

Une saison tronquée par les blessures et les cas de covid, mais une saison aussi décevante dans le jeu malgré tous ces éléments perturbateurs. La bonne volonté des leaders (surtout en 2ème partie de saison) n'a pas suffit pour aller chercher quelques victoires contre les membres du top 4.


Evgenievski nous avait séduit la saison passée par son coaching mais il a semblé a court de solutions cette fois-ci. Il est vrai que l'effectif qui lui a été mis à disposition était moins costaud que celui de l'an passé. Nous restons donc un petit peu sur notre fin avec les Argoviennes qui nous auront proposé qu'en de trop rares occasions un basket de qualité.


Note: 4/10


Bilan individuel


Ayca Koc

Joueuse prometteuse sur le papier, elle ne sera apparue qu'à deux reprises sur le terrain avant de stopper son activité. Dommage...

Livia Druuck

Très peu utilisée, il est difficile de la juger sur cette saison.

Romina Thern

Les quelques minutes où on a pu la voir à l'œuvre, elle a fait preuve de beaucoup de courage. Mais ce n'était pas suffisant aux yeux de son coach pour obtenir plus de minutes.

Larissa Rüede

N'a joué que trois petites rencontres... impossible donc de la juger.

Kiehla Hänggli

6 petites minutes et c'est tout... là aussi on ne peut rien dire de plus.

Ann-Sophie Wildi

Une saison très compliquée pour elle. On l'a senti très hésitante notamment quand elle devait prendre des shoots. Défensivement c'était correct mais avec les absences, on attendait bien plus (peut-être trop) de sa part.

Maud Stein

Arrivée en fin de saison, elle n'a pas été ridicule mais n'a pas pu apporter un gros plus à l'équipe dans ce laps de temps très court.

Melina Donati

Après une grave blessure, c'était sa première saison quasiment complète. Adroite de loin, elle a montré de bonnes choses. A suivre pour le futur.

Giulia Simeone

En provenance d'Arlesheim comme Stein, elle a livré quelques belles performances en sortie de banc. Il y a encore du déchet mais elle peut devenir une joueuse intéressante dans le futur si elle développe son contrôle de balle.

Martina Guthauser

Malgré une belle activité aux rebonds, elle a globalement déçu. Elle a certes rentré un tir décisif lors d'une victoire contre Pully mais on l'a clairement vu en manque total de confiance sur son shoot avec beaucoup de mauvais choix. Elle a les capacités mais ne les a pas exploitées cette saison.

Miriam Rasenberger

Considérée comme joueuse étrangère, elle a à peine jouer la moitié des rencontres de saison régulière. Elle a connu beaucoup de déchets mais comme c'est une travailleuse, on peut espérer que cette première saison en SBL lui serve pour la suite de sa carrière.

Enisa Semanjaku

Absolument rien à reprocher à la joueuse albano-grecque. Elle est venue dépanner et a tout laissé sur le terrain malgré le manque d'entraînements. Toujours aussi agréable à voir jouer avec son QI basket au dessus de la moyenne, elle aura fait son job.

Andrea Andelova

Elle a endossé beaucoup de responsabilités mais n'a malheureusement pas pu montrer tout l'étendu de son talent à cause de blessures à répétitions. Jamais à 100%, elle est tout de même restée très digne en donnant le maximum malgré les douleurs.

Katja Wasser

Un excellent début de saison puis elle a été touchée par le covid ce qui lui a fait très mal. Il y a clairement eu un avant et un après. Néanmoins, la capitaine a montré l'exemple et a réalisé une saison plus que solide. Et on rappelle que la néo-internationale à tout juste 22 ans.

Breanna Alford

Son intégration a été difficile pour ne pas dire calamiteuse. Petit à petit, elle a retrouvé son niveau avec de l'adresse et de la présence aux rebonds. Là aussi, elle n'a pas pu jouer énormément de rencontres sans douleurs et c'est bien dommage car le talent de cette joueuse est absolument indéniable.

Veljko Evgenievski

Le groupe mis à sa disposition n'était pas le meilleur du monde certes mais on l'a parfois senti à court d'énergie et de volonté. Il reste toutefois un excellent formateur et a quand même permis la progression de certaines joueuses comme Donati ou Simeone. Sera t'il toujours sur le banc d'Aarau la saison prochaine? L'avenir nous le dira.



227 vues0 commentaire