SB League Final – Fribourg Olympic champion

En s’imposant dans leur salle face aux Starwings (85-76), les Fribourgeois remportent le 19e titre de leur histoire.

Boris Mbala et ses coéquipiers peuvent savourer leur titre (©Siriane Davet, le Clic sportif).


Comme toujours dans ce genre d’occasion, Queen était de la partie à Saint-Léonard hier soir. «We are the champions», chantaient les joueurs de Fribourg Olympic devant la centaine de spectateurs tout sourire derrière leur masque. Car, là où Genève et Neuchâtel ont échoué, les Fribourgeois ont réussi. Ils se sont extirpés du piège bâlois et ont offert au club le 19e titre de son histoire. Finalement, les hommes de Petar Aleksic remportent cette série sans appel (3-0) au terme d’une belle finale.


De fiers Bâlois

Mais, pour qu’il y ait belle finale, il faut un adversaire valeureux. Et ça, le public de Saint-Léonard l’a compris. Au moment de remettre le trophée de finalistes malheureux, les supporters ont lancé des «bravo Bâle» et ont applaudi à tout rompre. «C’est un mélange d’émotions, entame Sébastien Davet. On est contents d’être arrivés aussi loin mais on est forcément déçus d’avoir perdu». Ce sentiment de déception pouvait se lire sur certains visages bâlois à commencer par celui de Vid Milenkovic, en larmes à la fin du match. «On a été balayés mais on est en majorité une équipe de rookies qui a réussi un exploit historique dans le basket suisse, rappelle Matt Milon. On a bien joué et surmonté beaucoup de choses pour en arriver là: un effectif réduit, des blessures et des quarantaines».

La marche était peut-être trop haute pour les Rhénans. «Le problème avec les Fribourgeois est qu’ils sont toujours arrivés à faire les ajustements en temps réel», analyse Sébastien Davet. Le meilleur joueur bâlois de la rencontre sortira néanmoins de la salle la tête haute: «Je suis fier de faire partie de cette équipe qui a réalisé ce grand exploit». Un sentiment que partage son coéquipier Matt Milon: «Je suis sûr qu’on sera fiers de nous quand on regardera en arrière ce qu’on a pu accomplir»,

Car, lors de l’acte III, les Bâlois ne sont pas passés loin de battre les Fribourgeois. Avec un Sébastien Davet et un Nathan Krill retrouvés, les hommes de Dragan Andrejevic auraient pu prendre un point à Saint-Léonard. Mais, en face, Olympic était trop fort.


Olympic a eu la solution

Durant la rencontre, Olympic n’a jamais tremblé. Menés deux fois au score dans toute la partie, les hommes de Petar Aleksic ont réussi là où d'autres se sont cassés les dents. «Genève a eu beaucoup de mal sur ses tirs ouverts et Neuchâtel n’a pas su gérer la défense de zone bâloise, fait remarquer Paul Gravet. Nous avons réussi à trouver des solutions en jouant en rythme, ce qui a fait la différence».

Et pourtant, le public a eu des sueurs froides au moment où les Starwings sont revenus à un petit point, à cinq minutes de la sirène final. «On domine mais on n'arrive pas à tuer le match. On se fait peur comme lors des deux derniers affrontements», explique le numéro 6 fribourgeois.

Malheureusement pour le suspense, les Rhénans finissent par s’écrouler. «Ça a toujours été comme ça contre eux. On a toujours été proches et, à la fin, ils prennent leur distance, regrette Matt Milon. C’est une très belle équipe, bien entraînée et dans ce genre de positions, ils savent quoi faire». C’est cette fois un tir primé de Morris, à 47 secondes de la fin du match, qui a scellé définitivement le sort des visiteurs.

Petar Aleksic laisse éclater sa joie au coup de sifflet final (©Siriane Davet, le Clic sportif).


Une saison réussie

«On est heureux et soulagés», confie Paul Gravet, qui sait que l’affrontement face à Bâle n’était pas gagné d’avance et qui sait rendre hommage à ses adversaires: «Ils ont beaucoup de mérite, n’ont rien lâché et ont fait des play-off énormes. C’est une équipe très valeureuse». Pour lui, le sec 3-0 ne reflète pas la physionomie de l’affrontement. «On est satisfaits d’avoir gagné, même s’il n’y avait pas forcément la manière. Mais on s’en fiche pour être champions», sourit-il.

Avant même la fin des célébrations, l’heure est au bilan. Passés deux fois proches d’un autre titre, les Fribourgeois se contentent-ils d’un seul trophée lors de cette cuvée 2020-21? «L’équipe qui gagne le championnat est la meilleure formation de la saison, assure Paul Gravet. Sans le championnat, l’exercice aurait été raté mais cette coupe, additionnée à un beau parcours en Europe, fait de notre saison une réussite».

Après une saison tumultueuse, les Fribourgeois peuvent désormais célébrer ce nouveau titre et clore officiellement l’exercice 2020-21 de SB League.


Matthias Davet


FR OLYMPIC – STARWINGS 85 – 76

(24-20 21-20 24-24 16-12)

St-Léonard, 100 spectateurs. Arbitres: Clivaz, Pillet et Herbert.

Fribourg Olympic: Cotture (12 points), Mbala (2), Barnette (16), Jackson (15), Gravet (10), Morris (13), Hart (0), Zinn (5), Karjina (12). Entraîneur: Petar Aleksic.

Starwings Basket: Burns (6), Milon (7), Kostic (0), Milenkovic (17), Krill (17), Davet (18), Sane (17), Vranic (4). Entraîneur: Dragan Andrejevic.

Posts récents

Voir tout