• David Pinto

SB League Men - Day 3 : Premiers rugissements des Lions face à un très faible BBC Monthey

Monthey-Genève, il est de ces affiches qui raisonnent dans nos mémoires et qui font partie de ces déplacements craints par toute une équipe !

C’est le cas du voyage annuel des genevois sur le parquet du Reposieux qui s’avère (généralement) être un piège dans lequel les Lions sont si souvent tombés ces dernières saisons, en témoigne la défaite il y a presque un an de cela.


Cette saison, le contexte était malgré tout bien différent : Monthey avançait à pas feutré avec un début de saison tronquée (COVID oblige), un recrutement tardif et un budget revu largement à la baisse.


Genève apparaissait dès lors comme le grand favori, mais personne se doutait qu’on allait assister à une telle correction sur le parquet du Reposieux.


Car soyons francs, match il n’y en a point eu, la faute au faible niveau affiché par les montheysiens, certes privés de Bailey, mais qui ont montré un visage très inquiétant ce samedi après-midi.


Les Genevois, revanchards après leur défaite en SuperCup ont commencé le match de manière appliquée, profitant des largesses défensives des locaux pour sanctionner de loin et prendre rapidement le large obligeant Patrick Pembele à un temps-mort très rapide.


Coach Stimac variait son cinq de départ pour l’occasion avec la présence de Brandon Kuba en lieu et place de Michel-Ofik Nzege.

Timothy Derksen prenait alors les choses en main en faisant tourner en bourrique la défense de Monthey, qui ne devait son salut qu’aux seules actions individuelles d’Edwards et Timberlake au scoring.

+ 11 dès la fin du 1er QT et on sentait déjà que l’après-midi allait être très long pour les locaux au vu de ce jeu si statique en attaque ne reposant que sur des isolations et des actions en 1 vs 1.


Alignant une peinture très maigrichonne en taille et en poids avec Brunelle Tutonda et l’américain Weaver, les Montheysiens se sont littéralement fait massacrer aux rebonds tout au long de la rencontre, rendant nul et vain tout espoir de rébellion et de remontée.


Les Lions de Genève s’appliquaient alors à dérouler leur plan de jeu, sans pour autant briller outre mesure, ni en forçant leur talent et très rapidement l’écart grimpait au délà de la vingtaine de points

La marque était joliment répartie dans les rangs genevois avec 9 scoreurs différents à la mi-temps tandis qu’à l’inverse, Monthey semblait éprouver toutes les difficultés du monde pour enchaîner quelques passes de suite et inscrire le moindre panier (23% aux tirs)


+23 donc à la pause et une rencontre déjà pliée dans les têtes de chacun.


Le deuxième acte ne dérogeait pas à la règle avec un Tim Derksen déconcertant de facilité face à la défense apathique de Monthey et cerise sur le gâteau, les locaux devaient qui plus est faire face à la 4ème faute d’Edwards très rapidement dans le 3ème QT.


Privé de leur seul élément capable de scorer le ballon, Monthey prenait l’eau et se retrouvait très vite dans le bonus défensif offrant pléthores de points gratuits aux genevois sur la ligne de L-F.

On ne compte plus les fautes stupides et complètement inutiles qui ont permis aux genevois de prendre encore plus le large, sans forcer leur talent.


Sabeckis et Nzege se chargeaient d’enfoncer la tête des troupes de Double P sous l’eau et nous nous retrouvions rapidement avec un écart au délà de la trentaine de points. (75-30 à la fin du 3ème QT).


Les 10 dernières minutes furent anecdotiques et auront surtout permis à Stimac de donner du temps de jeu à ses jeunes loups, Chabouh et Lacroix, afin de faire souffler les cadres de l’équipe.


89-41 score final et un écart de 41 points abyssal et que peu de personnes auraient pu voir venir.

Monthey a reçu un gifle et devra se relever de cette correction subie à la maison, mais avant toute chose, ce qui choque le plus à l’heure d’écrire ces quelques lignes, c’est surtout la manière avec laquelle le BBC Monthey s’est incliné.

Le jeu collectif était proche du vide absolu avec un américain Edwards dans un registre de soliste venu prendre ses tickets shoots et pas grand chose de plus.

On comprenait mal l’idée de jeu des locaux qui, en plus de souffrir comme jamais aux rebonds, n’ont jamais su répondre à l’engagement physique des genevois.


Alors certes, les circonstances atténuantes sont belles et bien là, mais le chemin à parcourir paraît immense pour Patrick Pembele et c’est probablement en fond de classement que l’on doit s’habituer à voir cette équipe montheysienne cette saison en championnat.


Quant à Genève, malgré les feuilles de stats noircies face à la faible opposition présentée, les enseignements ne seront pas légions tant l’écart semblait énorme entre les deux formations.


Stimac pourra néanmoins se réjouir d’avoir un véritable leader offensif en la présence de Derksen qui s’est déjà imposé comme le patron de cette équipe sur le terrain.


On en saura ainsi beaucoup plus dès la réception de Boncourt ce mardi au Pommier pour véritablement jauger le niveau des Lions face à un adversaire de tout autre calibre.


Monthey devra essayer de relever la tête dans le tessin sur le parquet de l’Istituto Elvetico face aux Tigers de Lugano.

Cependant, les dernières rumeurs émanant du Ticino laissent présager de nouveaux cas de COVID au sein de l’effectif de Lugano, ce qui entrainerait dès lors une 4ème rencontre reportée en autant de journées...


Affaire à suivre !




3 vues0 commentaire