• Daniyal Baheri

SBL Men - Starwings s'envole en finale !

Ils l'ont fait ! Les joueurs bâlois ont reproduit l'exploit - en mieux - face à des Neuchâtelois en manque de confiance. Retour sur cet exploit majuscule des Starwings...


Starwings balaie Union des playoffs (© Albin Tissier)


Quelle équipe !

Personne n'aurait misé un sou sur la seule équipe alémanique du championnat en début de playoffs.

En huitième place et avec un effectif particulièrement réduit, la troupe de Dragan ne partait pas favori sur le papier. Et pourtant, quel enchaînement de matchs !

Les six joueurs actifs de l'effectif démontrent une complicité, une liaison sans précédent. Chaque élément de l'équipe bâloise s'imbrique l'un dans l'autre, sans empiéter sur son coéquipier.

Mercredi, on a eu le droit à un combo américain de folie (Millon et Burns à plus de 25 points), et ce vendredi soir, c'est Vid Milenkovic qui en plante 26 avec 7 caviars, accompagné du Général Cheikh Sane, qui obtient un quasi habituel double-double (13 pts-15 rebonds). Au final, chacun des titulaires a passé la barre des 10 pts, Krill fermant la marche avec ses 9 unités.

De plus, l'équipe tourne à plus de 50% au tir, avec un joli 9-21 à 3 pts - ressenti comme un 80%...

Au-delà du scoring, c'est vraiment la défense alémanique qui a fait des dégâts à Union. Avec 9 interceptions et 8 contres (dont 5 de Sané), Starwings a vraiment su rendre sa défense encore plus efficace. La stratégie de Dragan fonctionne à merveille, ce qui lui a permis de décrocher un 2-0 avec son équipe sur cette série !


Union n'était pas là

C'est un triste bilan qui peut être dressé à la fin des playoffs du côté de Neuchâtel. Malgré un début de série contre Monthey sur les chapeaux de roues, où l'équipe a montré son meilleur basket, Union n'a pas su descendre Starwings de son étoile.

Il manquait d'union ... à Union. En effet, on en attendait plus de l'effectif neuchâtelois. Le secteur extérieur déçoit, avec Ford et Taylor complètement hors du match, et leurs backups suisses n'ont pas su compenser la différence, contrairement aux attentes.

Le jeu neuchâtelois semblait vraiment coincé, et Coach Mitar n'a pas pu trouver de solutions. Les erreurs se sont enchaînés avec le retour de la malédiction des fautes qui leur est de nouveau retombée dessus, après quelques matchs sans trop de problèmes. Au final, Starwings a eu la chance d'avoir 33 lancers francs, dont 28 rentrés, et c'était beaucoup trop de point gratuits pour les bâlois.

Après une première mi-temps très intense des deux côtés, où on sentait encore les romands dans le match, le retour des vestiaires a fait mal à la troupe de Mitar Trivunovic, surtout en défense.

Seul motif de satisfaction avec le match du capitaine, Bryan Colon, qui a su redonner de l'espoir offensivement, avec une 2ème mi-temps où il était en feu. Eric Carter a aussi fait de son mieux pour tenir le secteur intérieur, mais son habitude d'avoir quatre pertes de balles et cinq fautes l'ont vite rattrapé. Fofana et Martin ont aussi tout donner sur ce match, mais trop de lacunes n'ont pu être comblées.


Starwings champions du monde

Toute la planète Swiss Basket se pose la question suivante: “Qui peut arrêter les Bâlois ? “

Et honnêtement, on a presque envie de dire personne ; quoi qu’il en soit, c'est une finale de folie qui nous attend face à Fribourg Olympic, en tout cas c'est ce qu'on souhaite !

De l'autre côté, les playoffs en demi-teinte des Neuchâtelois reflètent malheureusement leur saison : trop irrégulière, avec des hauts et des bas - en montagne russe, comme le dirait notre cher David.

Union a su réaliser des matchs de très belle facture cette année, à l’image de cette première défaite infligée à Massagno, comme il y a eu des matchs où rien ne rentre, avec trop d'erreurs et une agressivité trop coûteuse. En même temps, leur irrégularité s'explique logiquement quand on connaît tous les facteurs "business" qu'Union a dû gérer (le départ des deux joueurs, ensuite du coach, vous connaissez la chanson...).

Pour moi, ce n'est pas une saison à oublier, au contraire, c'est une saison dont il faudra tirer beaucoup de leçons. On attend la saison prochaine avec impatience pour savoir comment Mitar Trivunovic construira son équipe avec ses stratégies et sa vision !

MVP 🏆 :

SB - Vid Milenkovic : 26 pts, 50% FG, 11-11 LF, 3 reb, 7 ast, 1 stl

UN - Eric Carter : 17 pts , 70% FG (7-10), 7 reb, 3 roff,1 ast, 1 stl

Coup de 💓 :

SB - Cheikh Sane : 13 pts, 6-6 FG, 15 reb, 2 ast,2 stl, 5 blocks

UN - Killian Martin : 9 pts, 66% FG, 5 reb, 4 roff


Pour celles et ceux qui auraient manqué la rencontre, voici les highlights du match:


Daniyal Baheri

88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout